16/09/2009

Le malt a des vertus insoupçonnées

de la plupart des esprits chagrins.

Il y va donc d'une action de santé publique que de lui redonner sa place au panthéon des breuvages salvateurs dont le moindre des mérites est de rendre les gens souriants.

N'en déplaise aux producteurs de lait, je préfère les voir gaspiller leur tisanne pour nourissons sur-gavés dans les sillons sanglants de la lutte du pot de terre contre le pot de fer, que de me résigner à vider par solidarité ma flasque d'élixir dans le tourbillon d'un évier raccordé au gosier d'une multitude de rats des villes et des champs qui se multiplieraient derechef à la puissance dix.

Un ex-président de parlement du Sud exige son acquis social sans vergogne (lui qui pourtant est issu de cette valeureuse troupe des paysans sans qui nous ne serions encore que des primates peinturlurant le plafond de notre grotte néolithique) mais personne ne lève le petit doigt pour défendre ces éleveurs subsidiés - ô combien largement par l'Europe des 27 - qui se voient contraints de vendre à un prix inférieur à leur coût de production (sic).

Entretemps, le Japon et d'autres miraculés tels que le BRIC produisent et vendent des liqueurs enchanteresses issues d'un malt épanoui à l'ombre des rizières.

Chercher l'erreur...

avant de voter au prochain scrutin.

Cheers!

12994991_thl

20:57 Écrit par Le C dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire